Je me réveille tout reposé dans ma belle chambre privée et je profite encore du wifi avant de descendre pour le petit-déj; café, confiture de pissenlit,de sureau et gelée de fleur de rose, tartines, beurre régulier et mi-sel, brioche pralinée et petites crêpes, quel festin. Au moment de nous quitter, Monique me remet le demi Baba-o-rhum que je n’ai pas pu manger hier, « pour la route » dit-elle. Vraiment je garderai un merveilleux souvenir de cette halte.

Je refais quelques kms pour me remettre sur le chemin et je marche vers Diors en commettant une petite erreur de parcours. Visite de la chapelle Notre-Dame-des-ailes, c’est joli comme nom, elle est la patronne des aviateurs. Je poursuis et longe un long, long très long terrain d’une base militaire. Il y a un haut mur doublé de 2 rangées de barbelés. Je m’éloigne enfin de ce terrain inhospitalier et dans un petit chemin verdoyant, je m’arrête pour déjeuner près d’un étang. Cet endroit est empreint de calme. Pendant que je mange, des carpes font des bonds à la surface et une poule d’eau nage allègrement.

Le chemin me mènera à Deols, je m’arrêterai pour visiter l’église St-Étienne. Une dame, voyant que je suis pèlerin, me confie les clefs pour voir les cryptes. Il y a 2 cryptes sous l’autel de chaque côté. L’endroit est lugubre. Je déverrouille la vieille porte à l’aide d’une grosse clef de métal, Je suis dans le noir ne trouvant pas l’interrupteur, je manque une marche et me retrouve affalé sur le sarcophage de saint-Ludre. Petite crise de panique claustrophobique, inutile de vous dire que je ne saurai rien de l’histoire de ce saint tellement j’ai rebroussé chemin à toute vitesse.

La ville de Déols est accolé à celle de Châteauroux donc je suis tout près de la fin de mon étape. En bon américain, je m’arrête au bar pour boire un coke diète qu’on commande ici en disant « un cola light ».

J’arrive au domicile de m. Barthoux. Celui-ci est un ami des chemins de Compostelle, d’ailleurs, son épouse est présentement sur un chemin. Il me donne plein d’infos utiles sur les prochaines étapes. J’ai une chambre privée avec sa salle de bain et le tout est donativo (on donne ce qu’on veut ou peut). M. et madame Barthoux reçoivent les pèlerins et ils ont eu une idée géniale; les sous des pèlerins restent dans la boîte jusqu’à Noel et ce sont les petits-enfants qui toucheront les sous des pèlerins.

Après un petit repos dans le jardin à l’ombre, à siroter une eau pétillante au sirop fruité, je décide d’aller faire un tour en ville. Je visite l’église et risque d’y resté car une dame ne m’avait pas aperçu et elle verrouillait les portes (décidément , on nage en plein Da Vinci Code). Assis à une terrasse, je bois une bière en regardant cette majestueuse église. On dînera dans le joli jardin d’une quiche aux courgettes, de tomates farcies au porc et aux herbes, de fromage et d’un gâteau au chocolat, le tout bien arrosé. Vraiment cette formule d’accueil pèlerin à domicile me plait énormément.

67374 67377 67381 67372 DeolSE33 (1)