Lever difficile, la migraine me tambourine les tempes. Je suis comblé d’attentions par mes amis Francis et Élizabeth. Départ en auto avec Francis qui m’accompagnera pour une partie de la journée. Achat d’un téléphone portable afin de réserver mes hébergements durant mon voyage. Nous arrivons à la Cathédrale de Vézelay que j’ai eu le plaisir de visiter lors d’un précédent voyage. Je me sens immédiatement happé de l’aura de cet immense vaisseau lumineux, l’émotion me monte à la gorge. Devant une représentation de Ste-Madeleine, je demande protection. Sûrement qu’une pécheresse convertie peut comprendre l’homme très imparfait que je suis. Francis se fait discret mais disponible. Après quelques minutes, mon ami, qui est aussi diacre, m’invite à le suivre vers la crypte. Moment de grand recueillement pendant lequel je reçois la bénédiction du pèlerin et Francis me remet un « bourdon » bâton sculpté à même un arbrisseau de son jardin. De retour dans l’église face à l’autel, Francis fait la lecture des écritures saintes du jour. Touché par tant de générosité de cet ami, c’est confiant que je quitte le narthex à la recherche de la première balise du chemin.

Dernier arrêt dans la ville au local de l’association des amis de Compostelle de la voie de Vézelay. On tamponne ma credencial, on me remet des feuillets d’informations. Chaleureuses accolades et nous quittons ce local si accueillant.

Après 4 kilomètres, c’est à mon ami que je dois dire adieu. Francis me réservait une dernière surprise, il me donne une pommade pour les pieds élaborée par les moines d’une abbaye. Plein de reconnaissance pour mes amis, après les turbulences de tous mes déplacements récents, je me retrouve dorénavant seul face à l’inconnu des jours qui viennent.

Après 15 kms, toujours incommodé par une migraine « carabineuse » et ce, malgré la beauté des sous-bois,je décide d’écourter mon étape en m’arrêtant à Asnois. Ce joli petit village m’offre un gîte privé. Pour 35 euros, j’aurai la demi-pension, salle de bain et chambre privées. Une piscine m’invite à la baignade. Je fais une courte visite des environs en attendant le dîner(souper). Mon hôte Bernard a des invités et devant un BBQ de saucisses et d’andouillettes (eh oui encore) convivialement nous passerons un moment agréable. Le petit vin blanc est produit dans les coteaux voisins,.. hum… j’adore la Bourgogne.

Dans mes bagages je retrouve un petit livret « Neuvaine à St-Jacques », je récite donc les prières du jour 1 et je tombe dans les bras de Morphée. C’est la fin de cette journée si riche en émotions. Bisous télépathiques à Lyne et aux enfants.

67257672636726867269