à plus

Créé par le 28 août 2014 | Dans : Non classé

Ayant utilisé l’espace disponible sur mon blog. je vous réfère à un 2ième site pour la suite de mon aventure.

Vous devez ajouter le nombre 2 à l’adresse actuelle donc:

www.compostellealacarte2.unblog.fr

titre du blog: suite de Collonges-la-Rouge à

Vous n’avez pas à écrire le titre,ce n’est qu’un repère.

 

bonne lecture

Jour 24 2 septembre 2013 Collonges-la-Rouge

Créé par le 27 août 2014 | Dans : Non classé

Mon hôte Pierre a fait ma lessive, tout sent bon et est bien plié, ma chemise posée sur un cintre. Petit-déj à la hauteur du dîner d’hier soir; café, jus, yogourt maison, fruits séchés, céréales,pain grillé et 3 sortes de confiture. Et la note ne sera que de 40 euros, franchement, ça en valait le double. Difficile de quitter ce confort luxueux mais la route m’appelle. Le temps est beau et c’est aisément que je ferai les 9 kms me séparant de Lanteuil. Le guide m’indique que je suis au pays des Cabas. Les cabas sont ces jolis paniers tressés en seigle qui servent à faire les courses. Je n’en ai pas vu . Je m’arrête à l’épicerie et le propriétaire est tout surpris de savoir qu’au Québec on connaît ce chemin et que l’on peut se procurer le guide dans lequel les coordonnées de son commerce apparaissent. Bonne technique de marketing car j’achèterai plus de provisions que j’en ai besoin. Je rencontre quelques chiens agressifs, heureusement enchaînés, mais le pas se fait tout de même plus rapide. Un monsieur dans sa cour m’offre des prunes de son jardin, « prenez tout ce dont vous avez besoin, me dit-il », on causera un peu. L’étape est très courte aujourd’hui, seulement 20,4 kms. J’arrêterai 2 kms avant Collonges-la-Rouge pour mon lunch du midi. La vue est superbe, je suis assis sur mon petit matelas en haut d’une butte, devant moi,le champ récemment fauché est garni de belles bottes de foin. L’ombre m’est offerte gracieusement par mon ami « le Châtaignier »; je ne fais pas que me remplir le bedon, je me nourris l’intérieur de bons aliments, d’air pur et de beautés.

Ici se trouve un massif de grès rouge, la couleur est dû à l’oxyde de fer contenu dans le grès. Tout le village est bâti de ce grès rouge ce qui donne une uniformité de couleur. Je jette un bref coup d’oeil au village car je compte y revenir pour le visiter plus tard. Je me rends à mon gîte de ce soir La Mérelle.

Je dois ici faire une parenthèse. Il y a plus d’un an alors que je planifiais mon itinéraire, m. Ceyrac ,propriétaire de La Mérelle et instigateur du chemin de St-Jacques en Limousin, nous conviait, par des photos sur Facebook, à venir découvrir ce beau coin de pays. En fait, chaque jour pendant des mois, une photo du chemin tentait de nous séduire et ma foi, petit à petit, j’ai succombé à la tentation. Sur internet, j’ai vu le gîte prendre forme , pierre par pierre, et l’escalier, et la salle de douche et….  J’arrive donc à La Mérelle face à la source qui a inspirée mon chemin et à la rencontre d’un ami, François Ceyrac.

Belle et chaleureuse rencontre avec François et avec, la femme derrière le projet, sa compagne Puce Ceyrac. Tout dans cette maison semble relever de la passion de bien faire les choses. Du sirop de menthe maison aux recherches historiques qui ont donné le nom au gîte. Tout est pensé, conçu et réalisé pour apporter un bien-être aux pèlerins de passage. Je note dans mon cahier « Ici, ça sent le bonheur ».

Maintenant que dire du village. Toutes les maisons sont de grès rouge, des tours à profusion garnissent les bâtiments qui rivalisent de beauté. Dans le grès, ici, une petite sirène sculptée, là un coeur et une coquille. Les balcons sont fleuris et l’effet des vignes s’accrochant aux murs couleur sang procurent aux visiteurs un éclat de plus dans l’oeil déjà ébloui.

Si pour les bouddhistes le but de la vie est d’annihiler les souffrances, et bien ici à Collonges-la-Rouge je veux bien me faire moine.

6766067666 67667 6767267674 67685 67693 67696

Jour 23 1er septembre 2013 Aubazine

Créé par le 27 août 2014 | Dans : Non classé

Départ de l’hôtel, j’arrête dans un parc ne sachant pas trop si j’y resterai jusqu’à l’ouverture de l’église pour la messe dominicale. Finalement, je me joindrai au groupe des bretons qui passe devant moi. On dit de Tulle qu’elle est la ville aux mille marches, ma foi, c’est vrai. Je songe aux personnes âgées qui ont de la difficulté à se déplacer. Et ça grimpe, ce sera ainsi pour 13 kms. Le café du matin se prendra à 11:00 dans un charmant café de Cornil, le proprio s’empresse de nous montrer un livre écrit par un concitoyen traitant de son voyage à Compostelle.

Pique-nique vers 12:30 et après, ça remonte encore. Comment vous décrire la fin du parcours de cette journée? Le Puy de Pauliac nous fait passer en moins de 1.5 km devant un Cromlech, un ermitage et le dolmen de Rochesseux. Le Cromlech est un ensemble de grosses pierres posées en cercle avec au centre une pierre plate renversée posée à la verticale. S’agissait-il d’un lieu de culte ou d’un endroit stratégique pour l’observation des astres???

Juste avant d’arriv er à Aubazine, on redescend pour arriver au « canal des moines ». Les moines cisterciens construisirent au 12ième siècle un canal d’à peine 1 m. de largeur sur une longueur de 1500m. C’est accroché à la falaise et la pente est de 5% pour régulariser le débit de l’eau. Pour l’étanchéité du canal, il a dû être tapissé de sable. Vous vous imaginez le travail? on vient de partout en Europe pour voir cet ouvrage architectural.

Je quitte le groupe qui va dormir chez Françoise (possède une maison dans la ville) pour me rendre à une chambre d’hôtes « La maison de Léontine ». Trop chouette ce B & B, jolie vieille maison, ma chambre possède une armoire à l’ancienne et toutes les commodités modernes. Le jardin nous invite sous le parasol avec ses chaises longues et confortables, en plus, on voit nager les poissons dans un étang. Pierre le proprio est très charmant et attentionné, il m’offre à boire et me fait visiter les lieux. Un couple plus âgé se repose au jardin.

Après les ablutions d’usage et nécessaires, je me présente au jardin pour l’apéro. Je fais connaissance du conjoint de Pierre, Simon un jeune anglais est le fils du couple du jardin. Toutes ces personnes sont vraiment agréables, le beau-papa est impressionné par mon ambitieux projet de rejoindre St-Jacques à pieds, il désire que j’envoie une photo pour attester de l’accomplissement du parcours, c’est fait. J’ai tout de même un peu de difficulté avec l’accent très British. Après le Kir à la liqueur de noisettes, le festin. Rosé accompagnant un effiloché de veau, légumes et salade vinaigrette, rouge avec un confit de canard, haricots verts et patates en sauce, fromage (6) dont un Padirac succulent. Un dessert?  non, 3 desserts; petites crêpes fourrées aux spéculos, crème brûlée, petits gâteaux aux pommes et au miel. Je refuserai le digestif en préférant une verveine. Le prix???  demain matin au petit-déj.  WIFI avant le dodo. Je me répète mais quelle journée extraordinaire.

6762567628 67633 6763567637 67642 67648 67650

Jour 22 31 août 2013 Tulle

Créé par le 27 août 2014 | Dans : Non classé

C’est à la noirceur que je prends la route ce matin, en ville ça va mais ça se complique en entrant en forêt. Après 6 kms de sous-bois, par un détour on trouve un pont près d’une centrale hydroélectrique. En remontant l’autre rive, on accède au 2ième plus ancien lieu de pèlerinage en France (après Rocamadour) soit « La Chapelle de Notre-Dame -de-Chastres ». La chapelle est fermée mais derrière celle-ci accrochée à la falaise, se trouve une grotte avec une belle représentation de la vierge à l’enfant. L’endroit est empreint de sérénité et de calme, des cierges sont accrochés à même le roc, la vue sur la vallée est superbe. Je vivrai là un très beau moment de recueillement. Je repars vers Naves, à l’église il ne faut pas manquer le magnifique retable en bois narrant l’histoire de St-Pierre patron de la paroisse. Avant de quitter la ville, je trouve un joli endroit où pique-niquer assis sur mon petit matelas magique.

Le reste de l’étape est en sous-bois avec à l’horizon un immense viaduc d’autoroute. Me voilà à Tulle. Grande ville, je vais à l’hôtel mais c’est fermé jusqu’à 18:30hres. je visiterai donc la ville sac au dos et dans mes vêtements de pèlerin qui a eu chaud. Une terrasse, une bière, du WIFI, je skype avec Lyne et les 2 filles. Je visite la cathédrale mais surtout le magnifique cloître qui y est juxtaposé. Le personnel est très gentil et avenant avec moi. Je vois une clef de voûte des plus surprenante, un petit homme nu nous regarde passer sous lui et de ses mains il s’écarte les fesses??? Je prends une photo mais la définition de celle-ci n’est pas fameuse. Je tue le temps en ville, je nourris les canards sur la canal, j’achète du talc car mon sac me colle au dos et il se fait sentir de plus en plus. J’achète des provisions et je retourne finalement à l’hôtel. Je retrouve mes 5 bretons et ensemble, on ira dîner, le vin est offert par la Bretagne, merci mes amis.

Après cette agréable soirée j’irai faire dodo dans ma chambre d’hôtel. Ma nuit sera bercée de musique jusqu’à 4:30 a.m. car c’est festival en ville. Hôtel 40 euros.

 

67590 67596 67599 67600 67601 67610 67611 67615

Jour 21 30 août 2013 Corrèze

Créé par le 26 août 2014 | Dans : Non classé

Bonne nuit de sommeil, petit-déj partagé avec les bretons mais je quitte le gîte avant eux préférant marcher seul. Seulement 2 kms à faire et je suis à Chaumeil. Une dame qui marche avec beaucoup de difficulté vient déverrouiller l’église, tristement, elle évoque son rêve brisé par la maladie de se rendre à Compostelle. Elle me demande de lui laisser un mot dans son cahier à l’église, j’espère l’avoir touchée de mon message car elle, à sa façon, elle m’a bien ému. J’en profite pour prier pour Aline et Marie-Claude, 2 compagnes de travail, qui avaient des demandes spéciales à faire au grand Divin. Je verrai un vitrail et une belle statue de St-Jacques.

Poursuite vers St-Augustin, l’air y est tellement pur qu’un laboratoire de phytothérapie s’y est installé. À la porte du boulanger, une belle sculpture de coquille me rappelle que je suis bien sur un chemin de St-Jacques. Malheureusement, l’église est verrouillée. Encore 5 kms et c’est Meyrignac. C’est maintenant prévisible, quand mon guide indique un ruisseau, cela veut dire que prépare-toi ça va descendre et remonter de plus belle après, ça décrasse les artères de la machine.

Ça se poursuit jusqu’à une belle descente vers la très jolie chapelle de Notre-Dame du Pont-du-Salut. Il semblerait qu’autrefois, on traversait à gué le cours d’eau qui comportait de grands risques de noyade. Une fois franchi cet obstacle naturel et arrivé sain et sauf de l’autre côté, on remerciait la vierge pour la protection obtenue. Un homme aurait trouvé et rapporté d’Espagne une statue de la vierge à l’enfant donc avec la construction du pont, l’endroit fût ainsi nommé; Notre-Dame du Pont-du-Salut. Je passe dans le vieux-Corrèze. J’en ai plein la vue, vieilles maisons, coquilles sculptées, porte de ville empierrée, vieille église etc…

J’attendrai 1 heure à l’O.T. avant l’ouverture. Je dois attendre un retour d’appel pour un hébergement au camping, je me mettrai à jour sur internet et réserverai mes hébergements pour les 4 jours suivants. Tiens, voilà les bretons qui me dépassent, on se salue. Ça y est le camping me confirme qu’ils peuvent me recevoir et une surprise m’attend. Pour 19,40 euros j’ai pour moi tout seul, un petit chalet (bungalow) 2 chambres, salle de bain, tout équipé, table de pique-nique et en plus, le site comporte une piscine chauffée WOW! À la cantine du camping je mangerai une tarte aux tomates et un steak frites bien juteux,miam miam! Je retourne en ville pour faire des provisions et pourquoi pas? m’offrir un petit houblon bien frais. Excellente journée.

675696757367578 67582 67584

Jour 20 29 août 2013 Chaumeil (2 km avant la ville)

Créé par le 26 août 2014 | Dans : Non classé

Après 10 heures de sommeil, je quitte Lacelle. Le sentier traverse de grandes étendues forestières. Trop drôle hier, les troupeaux de belles vaches limousines, en me voyant passer avec mon bâton de marche à la main, me suivaient le long des clôtures de leur champ, ça beuglait cela me change des chiens aboyant. Plusieurs montées et descentes. Je découvre un flanc de montagne recouvert de bruyères rose qui cache de jolis plants de myrtilles violacées, un autre fruit à me mettre sous la dent.

Juste avant Treignac je fais un détour pour passer à la fontaine de St-Méen reconnue pour ses eaux miraculeuses, je fais le plein dans ma gourde. Arrivée à la très jolie ville de Treignac. Tout me charme ici, les maisons anciennes, le pont, la halle et un ancien hospice qui accueillait les pèlerins et dont le linteau montre une belle coquille sculptée. Chaque coin de rue mériterait de faire un cliché. Accueil sympa à l’O.T., on tamponne ma credencial, malheureusement le réseau wifi est hors d’usage aujourd’hui. Je fais des provisions et m’achète un 2ième calepin en remplacement de celui-ci. Au village suivant à Veix, je prendrai mon lunch sous le porche de l’église. Ici, les grandes forêts se nomment « Les Monédières ». J’achèverai ce 32 kms de marche agréable au centre équestre de Tréphy. Depuis quelques jours je lisais dans les registres des auberges qu’un groupe de bretons me devançait, et bien voilà, je les ai rattrapés ici ce soir. Nous sommes dans une très vielle maison dont l’évier en granit est sculpté pour que l’eau s’échappe directement vers l’extérieur. Grande cheminée dont l’âtre est impressionnant. Au 2ième étage, 2 chambres, l’une pour les 5 bretons et l’autre pour le canadien solitaire. Ce groupe d’amis est vraiment sympathique mais je me sens tout de même l’intrus du groupe. On partage quelques victuailles dans une atmosphère de camaraderie. Il fait assez froid et comme je suis arrivé assez tard, mes vêtements resteront humides. Demain, slip et chaussettes battront de la cadence accrochés à mon sac en rythmant mes pas.

67542675386754067535675396755367548  67562

Jour 19 28 août 2013 Lacelle

Créé par le 25 août 2014 | Dans : Non classé

J’ai la chance d’avoir un sommeil à l’épreuve des soucis, donc ma nuit fût très bonne. Petit-déj englouti , j’attends craintivement la note de l’hôtel,  47,20 euros, finalement c’est pas si mal pour une fois mais je dois rester prudent. Dès le départ, j’hésite sur la direction à prendre, le guide dit « allez vers la fontaine et passer derrière la bascule », qu’est-ce que c’est une bascule???  Je découvris qu’il s’agissait d’une pesée pour camion ou machinerie agricole à même le sol dans les rues. Je m’excuse de mon ignorance mais ce concept n’existe pas ici au Québec, du moins pas dans cette échelle de grandeur. Le reste du chemin se fait sans embûches. La nature est généreuse, le regard porte loin à l’horizon. Ça ressemble au Québec, comme au parc du Mont-Tremblant ou Charlevoix, fleuve en moins. Le ciel est couvert donc la lumière est moins bonne pour les photos. J’ai appris ce qu’est la Bruyère, petit bosquet de fleurs blanche-rose-violacée. Le genêt a terminé sa floraison, dommage ça sent si bon. Depuis quelques jours, je déguste des prunes Mirabelle délicieuses, des petites cerises sauvages et des mûres en abondance. Donnez-moi un chaudron et je vous fais des confitures pour l’hiver qui vient.

À  » La Réveillère », petit hameau, j’ai vu un joli four à pain et une maison au tôit de chaume. J’aurai une brève rencontre avec une dame qui a fait Compostelle en plusieurs étapes. J’arrive à Eymoutiers, endroit où je n’ai pas trouvé d’hébergement qui me convenait hier. L’entrée dans la ville dans un parc où on franchit une passerelle nous donne une vue sur la collégiale qui est époustouflante. Wow! Je visite l’église, les voûtes briquetées aux motifs et coloris variés est une merveille. Dans un vitrail je découvre un pèlerin portant la coquille. Je ressors sur la place, m’assois et mange un yogourt. Bon, je fais quoi? Je jette un coup d’oeil à mon guide et j’appelle au gîte de Lacelle à 14 kms plus loin. Il y a de la place, c’est décidé, je continue. Je traverserai de grandes forêts de Mélèze. De descentes en montées j’arriverai à Lacelle à 16:05hres , après 31 kms.

L’état du gîte est moyen mais j’y serai seul donc ça va. Le responsable du gîte est aussi le restaurateur du tabac/resto d’en face, il m’informe que sa mère me préparera mon dîner même si le soir le resto est fermé. Je suis très content d,avoir persister sur ce chemin. J’aimerais rassurer mon monde sur internet mais je n’ai pas de réseau. Je planifie mon parcours pour demain et en faisant 32 kms, je sauterai une étape. Après l’achat de provisions, je vais visiter l’église. Celle-ci a la particularité d’avoir un clocher qu’on actionne de l’extérieur, la façade porte des sillons imprimés par le temps dans les pierres.

L’heure du dîner arrive, madame Langlade me prépare; soupe aux nouilles et carottes, plateau de jambon sec, terrine maison et cornichons, omelette aux pommes de terre rissolées à la tomate, plateau de 3 fromages, nectarine et vin. 13 euros une aubaine. Pendant le repas un gros Labrador noir me tient compagnie en déposant son museau sur ma cuisse., je lui en refile des petits morceaux. Monsieur Langlade me tient la conversation en ponctuant la conversation de  » Tu entends ça maman, le canadien dit… »

Plein comme un cochon, je me dirige vers mon lit en me disant que décidément, les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Belle, belle journée.

675156751667517 675206752367524 6753067532 67533

Jour 18 27 août 2013 Peyrat-le-Château

Créé par le 24 août 2014 | Dans : Non classé

Rassasié d’un croissant chaud, de tartines, de confiture et de café, je quitte l’hôtel à 8:00 hres. Comme j’ai aimé cette ville. Aujourd’hui, le trajet se divise en 3 étapes. Je dois d’abord faire 12.1 kms pour me rendre à St-Junien-la-Brégère. Je m’enfonce dans la forêt. Après 6 kms, il y a une chapelle et je commet une grosse bévue de parcours. Après un certain temps, je constate mon erreur mais je crois me situer sur la carte et décide de poursuivre, très grosse erreur, j’arrive à un pont sur « La Mourne »???  Bon c’est pas grave, je me rallongerai un peu. Je tente de me rendre à la D13 par une petite route, la seule auto qui me croise me confirme avec beaucoup d’hésitation que j’y arriverai…. Où suis-je? J’arrive à une route, je prends à droite et fais 3 kms pour me rendre compte que je suis presque revenu à l’endroit où j’ai fais mon erreur ce matin. MERDE! J’arriverai finalement à St-Junien après 5 hres de marche au lieu de 3:10 tel qu’indiqué dans mon guide. Selon mon guide, il me reste à faire encore 15 kms mais si je reste sur la route achalandée et bruyante j’y suis dans 9kms. Tant pis, va par la route, râle et auto-flagelle toi.

Je déjeunerai dans un petit camping et ferai la connaissance de son proprio anglais bien sympa. Pour m’achever, la pluie se met à tomber. Pas de gîte à Peyrat-le-Château donc je vais à l’hôtel, 55 euros en ½ pension mais il me promet un rabais, demain…    La chambre est correct, douche commune sur l’étage. J’ouvre mon sac à dos…ça sent drôle????    NON, la ½ bouteille de vin que j’ai transvidé hier dans un sac thermo s’est répandue dans mon sac de couchage. Ça pue et c’est tâché rouge. GR GR GR GR!  Je tente de laver le tout, j’essore à la main du mieux que je peux et je met le tout à sécher sur le rebord de la fenêtre. Je vais prendre ma douche et lorsque je reviens, je constate qu’il s’est remis à pleuvoir et que mon sac est de nouveau dégoulinant!!!!    Bon maintenant, réservation pour demain à Eymoutiers;

-Domaine Buchou————complet

-Peyrassou——————-pas de réponse

-Tour d’Agen—————–pas de réponse

-Stevens———————n’existe plus

-Les Cerisiers—————complet

-Moulin Bachellerie———trop cher (47 euros)

Hôtel relais Limousin——-trop cher (48 euros)

Vous dire le découragement qui s’est emparé de moi après cette journée de … Sur un voyage de 3 mois, je ne peux me permettre des hébergements à 50 euros. Je suis découragé et ambivalent face à ce chemin. Pour un québécois, les grands espaces forestiers c’est quelque chose d’assez connu, je suis plus à la recherche de petits villages typiques, vieilles pierres etc…  et si je prenais le bus pour retourner sur le chemin de Vézelay qui m’a bien plu???? À l’O.T. on me dit qu’il n’y a pas de bus pour Limoges mais qu’à partir d’Eymoutiers, plusieurs départs en train sont possible en direction de Limoges (voie de Vézelay). Je partage sur Facebook ma décevante journée mais j’avais oublié que m. Ceyrac (instigateur de ce chemin en Limousin) lisait mes écrits. Celui-ci vient à mon secours, me présente des alternatives et m’encourage à persister. Que faire?, je ne veux pas le décevoir, j’aimerais poursuivre mon itinéraire originel mais les embûches me font hésiter.  Je tenterai de joindre ma fille Marie-Ève par Skype, j’aimerais entendre sa voix mais pas de réseau, bon assez je vais dîner.

De retour dans ma chambre après un bon dîner, je décide que de toute façon, je dois me rendre à Eymoutiers alors rendu là on verra.

6750867511 67510

Jour 17 26 août 2013 Bourganeuf

Créé par le 24 août 2014 | Dans : Non classé

J’ai gelé durant la nuit GRRRRR! Levé à 6:15, routine du matin. Dès la sortie du gîte, je quitte la voie de Vézelay pour entreprendre le chemin de St-Jacques en Limousin et Haut-Quercy. Fini le guide de madame Chassaint, je devrai m’habituer à un nouveau guide. Comme Nathalie continue vers Limoges, c’est le temps des adieux. C’est toujours un peu triste les séparations mais en même temps c’est bon de se retrouver seul. Ce voyage est avant tout une introspection donc seul nous évitons les distractions.

Le ciel est sombre mais, pour le moment, rien ne tombe. Mes vêtements sont accrochés à mon sac, car rien n’a séché pendant la nuit. Ce nouveau guide est un peu moins précis. Il est écrit « prendre le sente derrière le réverbère », je n,ai pas choisi le bon alors je me retrouve dans des bosquets d’arbustes épineux, ce sera heureusement sur une courte distance. Même si l’étape n’est que de 20 kms, les jambes travaillent fort car ça monte et ça redescend. Souvent le sentier est garni de gros cailloux qui roulent sous le pied, prudence. Quelques beaux paysages très sauvages. Ici, il se fait de l’exploitation forestière, des arbres très hauts, aux troncs droits et serrés les uns aux autres. Il y a du brouillard dense, tout ça donne une atmosphère à la Hitchcok. Je rencontre 2-3 petits hameaux, quelques maisons, quelques bâtiments agricoles et c’est tout. J’arriverai à un petit pont pour le déjeuner qui se compose de pâtes froides et d’une pomme, croyez-moi j’ai trouvé cela délicieux.

J’entrerai dans Bourganeuf avec une cheville et un pied douloureux. Je vois un tabac et j’achète une recharge pour mon portable. Légèrement inquiet car je sais qu’il n’y a pas de gîte pèlerin dans la ville, mon budget en souffrira-t-il? Premier appel à l’hôtel La Boule D’Or,wow! pour 30 euros j’aurai une chambre privée avec salle de bain, le dîner et le petit-déj inclus, c’est parfait. Le proprio rénove cet ancien hôtel, chambre par chambre, j’ai vu l’état délabré de certaines chambres avant les rénovations, je trouve cet homme très courageux.

Retour en ville, tout propre dans mes vêtements, je me rends à l’O.T. où je communiquerai par Skype avec mon ami Jean-Paul. La ville de Bourganeuf est splendide. Il y a un ensemble de bâtiments en pierres qui dût être jadis un château. L’église est rattachée à l’ensemble et elle porte à sa devanture une croix byzantine. Plusieurs tours dont la jolie tour « Zizim » emblème de la ville. C’est tout un quartier médiéval emmuraillé. Très bel ensemble. Je ferai aussi Skype avec Lyne et j’ai des nouvelles fraîches du Québec. Comme les images de ma maison m’apparaissent belles, ça semble déjà très loin derrière moi. Je fais des provisions dont ma 1ère bouteille de vin, un côte du Rhône. Retour à l’hôtel, je rédige mes notes en prenant 1 ou 2 verres que j’accompagne de pistaches, le bonheur.

Je suis maintenant à la salle à manger pour le dîner, seul. On me sert, crudités/vinaigrette, une côte de porc aux patates rissolées et du melon, (pas de vin, heureusement j’ai pris un apéro double). M. Titelouze semble plus décontracté et cordial. Il était tellement affairé à des travaux à mon arrivée qu’on s’était à peine parlé.

Je profite du confort de mon lit et me couche tôt, je l’aime bien cet endroit, il ne manquait que le papier q.

674946749967501 67502

Jour 16 25 août 2013 Châtelus-le-Marcheix

Créé par le 23 août 2014 | Dans : Non classé

Départ 8:00 hres. je tente de visiter l’église mais elle est fermée comme toujours. J’attends Nathalie dans ce qui ressemble à un décor d’après-party. Un hollandais à l’allure « schizo » m’offre d’aller prendre un café « spécial » chez-lui tout en caressant mon bâton de marche, décidément à chacun son monde. Voilà Nathalie, on fait des provisions et on quitte. Nous marcherons sous la pluie, parfois intense, toute la journée. J’essaie mon nouvel imperméable, il est super léger et facile à enfiler. On voit à peine ce qui nous entoure. À St-Goussaud, je vois une 2ième lanterne des morts. On se réfugie à l’église (ouverte!!!) Devant moi, la fameuse statue de St-Goussaud avec un boeuf à ses pieds. La légende disait qu’autrefois, les jeunes filles qui voulaient se marier dans l’année, devaient épingler une aiguille dans le corps du boeuf tout en priant le saint d’exaucer leur voeux. Je tente le coup pour mes 2 filles célibataires mais pendant que je capte ce moment sur pellicule, l’épingle se détache de l’animal et tombe ZUT! ce ne sera pas pour cette année ainsi en a décidé St-Goussaud.

On manque une balise qui nous fera ajouter un 3 kms de plus. On arrive au gîte. Au téléphone on m’a dit où prendre les clefs donc on ne verra personne dans tout le village. On se cuisine un dîner, Nathalie est végétarienne. La conversation couvre plusieurs thèmes; la langue, la politique, les enfants, les vacances etc.. Bien entendu, on s’échange les photos de nos enfants.

Je me couche un peu plus tôt mais quand Nathalie entre dans le dortoir je lui demande d’aller barrer la porte  du gîte. Nathalie n’a aucune idée de ce que je lui demande, je dois rectifier « verrouiller » la porte. Pour elle l’expression « barrer la porte » relève du langage du moyen-âge, elle s’imaginait qu’au Québec, les portes de nos maisons comportaient encore de grosses barres de métal!!! On en rigole.

Pour finir, aujourd’hui, j’ai vécu une première. Je me suis changé de vêtements dans une église et cela suivi d,un pique-nique devant le tabernacle. Délinquant le monsieur, Non?.

67481 67483 67484

123

Imbertencorse |
Courseulles |
La Hora de Espana |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aventurescoreennes
| 11moisadublin
| Carnet de route